Follow me:

C a t w o m a n

J’espère que vous aimez les petites boules de poils parce que nous allons parler chatons dans cet article. Et oui, je n’ai pas marqué dans ma bio que je sauvais des chatons pour rien. Tu peux te faire un thé, un café pour lire ce billet…

Depuis le 11 août 2017 j’ai exactement sauvée cinq chatons et pas parce que je n’avais rien à faire de mon temps libre mais, plutôt pour leur épargner la cruauté humaine et surtout la connerie humaine.

Pendant une journée de boulot tout à fait normal, ma meilleure amie m’a envoyée un sms en me disant qu’elle venait de récupérer deux chatons qui venaient d’être jetés par une fenêtre. Rien ne vous choque ? À quel moment de ta vie tu décides de faire un lancé de chaton par ta fenêtre ?! … Donc deux chatons, un roux et un gris/blanc. Le petit roux a été adopté directement mais l’autre, dans cette situation urgente n’a trouvé personne… Jusqu’à ce que je décide d’aller le chercher et de le garder le temps de lui trouver une famille. Je l’ai donc ramenée chez moi et lui ai donné le prénom de « Billy ». Billy avait entre un mois et demi et deux mois d’après le vétérinaire et il se portait à merveille, ce qui m’a vraiment rassurée. Il était déjà propre, sevré, plein de vie et surtout il ne demandait que des câlins, un AMOUR. Les jours ont passés et il a trouvé une magnifique famille qui l’a rebaptisé « Joey ». Je suis tellement fière que ce petit bout, qui a déjà bien grandit, ait trouvé une famille qui prend soin de lui. Merci à Amandine pour les photo de Joey.

Une dizaine de jours après, un samedi vers 11h00, quelqu’un sonne à ma porte, j’ouvre et là ma voisine me demande comment est mon chat qui va dehors, car elle vient de tomber sur quatre chatons dans un carton au fin fond de son garage. Je lui explique que mon chat est stérilisé donc les chatons ne sont pas les siens. Elle me dit qu’elle ne peut pas les garder, car elle a la phobie des chatons et que du coup elle allait demander à quelqu’un de les tuer. Elle me dit ça, à moi… Elle me propose de venir les voir et ce que je découvre m’a littéralement fait fondre. Quatre boules de poils, les yeux à peine ouverts, sans défense dans un carton au milieu de téléphones. Les personnes me disaient qu’elles avaient trouvées quelqu’un pour les tuer. NON. J’ai donc été chercher ma cage de transport et je leur ai fait un petit coin tranquille dans l’une des chambres. J’ai dû les nourrir aux biberons autant de fois que je pouvais : matin, midi, soir et au coucher. Ils faisaient leurs nuits, ce qui m’arrangeais dans le fond parce que j’étais plus qu’épuisée, surtout avec mon boulot à côté, ce n’était vraiment pas simple mais, je préférais prendre le temps que j’avais hors boulot pour les nourrir et m’occuper d’eux plutôt que de m’occuper de moi, j’ai sauté pas mal de repas d’ailleurs, car je n’avais pas le temps de les nourrir eux et moi. Mes deux chats ne m’ont pas du tout aidé à m’en occuper (égoïstes) mais, mon chien par contre à été un très bon tonton et m’a filé un bon coup de patte. Aujourd’hui ils sont sevrés, ils courts partout et font plein de câlins. La blanche type Birmanie, Louna, à été directement adoptée par mon meilleur amie qui l’a nourrit aux biberons également. Les « jumeaux » angora, Ness et Wiktor, vont très prochainement rejoindre leurs nouvelles familles, Ness ce vendredi et Wiktor début octobre. Et il me reste le petit dernier, Rémy, pour la blague mais, finalement lui aussi à trouvé une famille et sera rebaptisé Rio.

Photo du jour où je les ai récupérés, août 2017.

Rémy(Rio), Ness/Wiktor, Rémy(Rio)
Septembre 2017

Cinq bonnes actions en quelques semaines. Tout cela m’a coûté un paquet d’argent entre le lait en poudre, la nourriture pour chaton, la litière et les jouets. Non pas que ça m’a dérangée, car je ferais tout ce que je peux pour les animaux mais, tout cela n’était pas prévu dans mon budget. Je suis agacée de voir que les gens finalement ne prennent pas soin de leurs chats en les stérilisant. Ces pauvres bébés qui n’ont rien demandés et qui se retrouve là sans comprendre ce qu’ils leurs arrivent. C’est tellement injuste et trop facile de vouloir les tuer. Je parle des chats et de la stérilisation mais c’est valable pour tout autre animaux, domestique ou non. C’est comme les chiens abandonnés dans mon village, j’en vois de plus en plus et ça me fend le coeur de ne pas pouvoir les aider. Rendez-moi service, occupez vous de vos animaux, assumez les ou foutez leurs la paix.

 

Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :