Follow me:

Il est temps d’apprendre à s’aimer.

Les beaux jours arrivent et comme tous les ans avant l’été il faut se bouger le popotin pour perdre des kilos, du gras ou autre détail qu’on ne veut pas sur notre petit corps. Et si on arrêtait ?

Cet article est dans mes brouillons depuis un moment et je me motive enfin à le terminer et à le sortir. Il y a différentes façons d’aimer notre corps et encore plus de le détester, il est même plus facile de le haïr que de le chérir, vous n’êtes pas d’accord ? Nous avons tous des complexes depuis la nuit des temps. On est trop gros, trop maigre, trop petit, trop grand, trop poilu.. On n’est même pas assez mince ou pas assez allongé, on aimerait avoir les cheveux bouclés ou à l’inverse lisse, long, roux, on aimerait plus de seins, plus de fesses et pour certain un sexe plus gros ou au contraire. Les complexes sont à l’infini et c’est bien ça le plus triste.

Depuis toute petite j’ai beaucoup de mal avec moi-même, mon corps et mon visage. Et pourtant combien de fois j’entends par diverses personnes « mais t’es trop belle, t’es jolie, t’es mince t’as de la chance, j’adore ton style… » c’est facile de faire semblant, trop facile. Enfin pour ma part à l’heure actuelle je suis carrément plus confiante, j’ai appris à m’aimer, un peu plus même si parfois j’ai des petites rechutes devant le miroir. Ma « thérapie » a été la photographie. Je suis modèle photo à mes heures perdues. Ce n’est pas facile de se lancer et de faire confiance mais, quand on trouve les bonnes personnes on peut faire de très belles choses même avec nos défauts. Et puis avec les années j’ai réussie. J’ai réussie à passer au-dessus des regards que les gens pouvaient avoir, j’ai arrêté de me dire qu’il fallait que j’achète des soutiens gorges push up pour faire semblant d’avoir des plus gros seins, car c’était mon premier complexe mais, maintenant, je m’en fou complètement, j’ai des petits seins et alors ?! Maintenant je prône même le free boobs. Je trouve que j’ai des grosses cuisses, bon il faudrait que je me mette au sport mais, je n’ai pas ce déclic.. Sur ces cuisses qui ne me ressemble pas j’y ai découvert des vergetures et vous savez quoi, ce n’est pas grave, c’est l’histoire de mes cuisses, même si j’ai encore beaucoup de mal je l’avoue. J’ai arrêté de faire en fonction de ce que les gens, la société pense. J’ai abandonné l’idée de ressembler à LA fille parfaite. Je ne le suis pas et je ne suis pas moche pour autant. Parce que oui, se trouver beau ça fait du bien, sans pour autant être narcissique puissance 3000 et se la péter à mort. On peut se trouver beau, s’aimer, aimer son corps juste pour notre confiance personnelle, juste pour se sentir bien.

Il y a récemment le mouvement de Laura Calu sur les réseaux sociaux qui a fait le tour, #ObjectifBikiniFermeTaGueule et bordel ce hashtag est juste génial. Les réseaux n’aident tellement pas à nous sentir belles/beaux, bien au contraire. Et ce hashtag est là pour foutre une grosse claque aux fausses images, aux faux corps parfaits, aux faux abdos, aux faux ventre sans petits bourrelets… Arrêtons de faire des régimes pour plaire à je ne sais qui ou juste pour rentrer dans le moule, l’important c’est de se plaire à nous-même avant tout et de ne pas se mettre dans une case. Il faut faire du sport, manger sain, mieux dormir pour nous et seulement pour nous. Parfois être égoïste cela a du bon. Depuis des générations la société enferme la femme parfaite dans un seul corps, un seul visage. Mais la société ne comprend pas que nous sommes toutes aussi parfaites les unes que les autres avec toutes nos différences confondues et c’est ça la vraie beauté et ça fonctionne aussi pour les hommes. Nos défauts nous façonne en la personne que nous sommes. À nous d’en faire un atout.

Crédit photo : Eih

Previous Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :